Personnalite de la Semaine Arletty

 

 

 

 

 

 

Arletty

 

 

 

Actrice  Chanteuse Française

 

Née le 15 mai 1898 à Courbevoie1 et morte le 23 juillet 1992 à Paris

 

 

Arletty figure dans quelques chefs-d'œuvre du patrimoine cinématographique français des années 1930 et 1940 :
Hôtel du Nord en 1938, Le jour se lève en 1939, Les Visiteurs du soir en 1942, Les Enfants du paradis en 1945,
quatre films de Marcel Carné, les trois derniers dialogués par Jacques Prévert.
Hôtel du Nord 1938 de Marcel Carné (« Atmosphère, atmosphère ! Non mais est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère ? »)
, son interprétation de Garance, dans un autre Carné Les Enfants du paradis 1943, est souvent considéré
comme son rôle le plus marquant et le point culminant de sa carrière d'actrice.

 

Cette interprétation a parfois été  qualifiée de « lumineuse », ce qui pourrait tenir tant au jeu de l'actrice
qu'au traitement particulier des éclairages mis en place par Roger Hubert, directeur de la photographie du film.

 

 

Elle entretient alors une relation amoureuse  avec Antoinette d'Harcourt, épouse de François-Charles d'Harcourt,
puis avec Hans Jürgen Soehring, un officier  allemand, l'un des hommes de confiance de Göring à Paris
*( je vous invite à lire ces correspondances avec  Jürgen Soehring pour mieux comprendre la situation)

 

 

En 1946, le comité d'épuration lui inflige un blâme
( les Communnistes dixit le quotidien L'Humanité voulait la pendre...) , assorti d'une interdiction de travailler
pendant trois ans,en 1949 elle se sépare de Soehring qui se marie en Allemagne.

 

 

Symbolisant la collaboration horizontale, elle aurait répondu à ses juges « Si vous ne vouliez pas que l'on
couche avec les Allemands, fallait pas les laisser entrer », renvoyant ainsi la République à ses responsabilités

 

 

Elle renoue avec le théâtre et joue Un tramway nommé Désir de Tennessee Williams, dans une adaptation
de Jean Cocteau, mise en scène par Raymond Rouleau, avec Yves Vincent, Héléna Bossis, Daniel Ivernel et
un Louis de Funès débutant, puis La Descente d'Orphée avec Jean Babilée.

 

 

Elle paraît aussi dans Un otage de Brendan Behan avec Georges Wilson.

 

 

Arletty c'est 66 Films entre 1930 et 1985

1930 : La Douceur d'aimer de René Hervil
1931 : Un chien qui rapporte de Jean Choux
1932 : Enlevez-moi de Léonce Perret
1932 : Une idée folle de Max de Vaucorbeil
1932 : La Belle Aventure de Reinhold Schünzel et Roger Le Bon
1933 : Je te confie ma femme de René Guissart
1933 : Le Voyage de monsieur Perrichon de Jean Tarride
1933 : Un soir de réveillon de Karl Anton
1933 : La Guerre des valses de Ludwig Berger et Raoul Ploquin
1934 : Pension Mimosas de Jacques Feyder
1934 : Le Vertige de Paul Schiller
1935 : La Garçonne de Jean de Limur
1935 : Amants et Voleurs de Raymond Bernard
1935 : La Fille de madame Angot de Jean Bernard-Derosne
1935 : Aventure à Paris de Marc Allégret
1936 : Le Mari rêvé de Roger Capellani
1936 : Faisons un rêve de Sacha Guitry
1936 : Messieurs les ronds-de-cuir d'Yves Mirande
1936 : Feu la mère de madame, court métrage de Germain Fried
1936 : Mais n'te promène donc pas toute nue, court métrage de Léo Joannon
1937 : Désiré de Sacha Guitry
1937 : Aloha, le chant des îles de Léon Mathot
1937 : Les Perles de la couronne de Sacha Guitry et Christian-Jaque
1938 : Mirages ou Si tu m'aimes d'Alexandre Ryder
1938 : Hôtel du Nord de Marcel Carné
1938 : La Chaleur du sein de Jean Boyer
1938 : Le Petit Chose de Maurice Cloche
1939 : Circonstances atténuantes de Jean Boyer
1939 : Fric-Frac de Claude Autant-Lara et Maurice Lehmann
1939 : Le jour se lève de Marcel Carné
1940 : Tempête de Dominique Bernard-Deschamps
1941 : Madame Sans-Gêne de Roger Richebé
1942 : Boléro de Jean Boyer
1942 : Les Visiteurs du soir de Marcel Carné
1942 : L'Amant de Bornéo de Jean-Pierre Feydeau et René Le Hénaff
1942 : La Femme que j'ai le plus aimée de Robert Vernay
1942 : La Loi du 21 juin 1907, court métrage de Sacha Guitry
1943 : Les Enfants du paradis, première époque Le Boulevard du crime de Marcel Carné
1943 : Les Enfants du paradis, deuxième époque L'Homme en blanc de Marcel Carné
1947 : La Fleur de l'âge, film inachevé de Marcel Carné
1948 : Madame et ses peaux-rouges film inachevé de Serge T. de Laroche
1949 : Portrait d'un assassin de Bernard Roland
1950 : Georges Braque, documentaire d'André Bureau
1951 : L'Amour, Madame de Gilles Grangier
1951 : Gibier de potence de Roger Richebé
1953 : Le Père de Mademoiselle de Marcel L'Herbier et Robert-Paul Dagan
1954 : Le Grand Jeu de Robert Siodmak
1954 : Huis clos de Jacqueline Audry
1954 : L'Air de Paris de Marcel Carné
1956 : Mon curé chez les pauvres d'Henri Diamant-Berger
1956 : Vacances explosives de Christian Stengel
1958 : Le Passager clandestin de Ralph Habib
1958 : Et ta sœur de Maurice Delbez
1958 : Un drôle de dimanche de Marc Allégret
1958 : Maxime d'Henri Verneuil
1959 : Paris la belle, court métrage documentaire de Pierre Prévert et Marcel Duhamel
1960 : Les Primitifs du XIIIe, court métrage documentaire de Pierre Guilbaud
1961 : Les Petits Matins (Mademoiselle stop) de Jacqueline Audry
1962 : La Loi des hommes de Charles Gérard
1962 : La Gamberge de Norbert Carbonnaux
1962 : Le Jour le plus long de Ken Annakin et Andrew Marton
1962 : Tempo di Roma de Denys de La Patellière
1962 : Le Voyage à Biarritz de Gilles Grangier
1967 : Dina chez les rois, court métrage documentaire de Dominique Delouche
1977 : Jacques Prévert, moyen métrage documentaire de Jean Desvilles
1985 : Carné, l'homme à la caméra, documentaire de Christian-Jaque

 

Complément Filmographique

En outre on peut voir et entendre Arletty dans les titres suivants :

1977 : À perte de vie... Jacques Prévert de Georges Ferraro
1977 : Ciné Follies, film de montage de Philippe Collin avec des extraits de comédies musicales
1978 : Les quatre-vingts ans d'Arletty de Moïse Maatouk
1981 : Notre Dame de La Croisette de Daniel Schmid, avec des images d'archives
1987 : Arletty sur Seine, documentaire de Michel Ayats
1988 : Arletty raconte Arletty, documentaire de Moïse Maatouk
1990 : Ne m'oubliez pas : Hommage à Bernard Blier de Mathias Ledoux
1991 : Nylon Blues, documentaire de Françoise Levie
1991 : A comme Acteur de Frédéric Sojcher, voix
1997 : On connaît la chanson d'Alain Resnais, avec Arletty chantant Et le reste

Certaines filmographies indiquent deux œuvres supplémentaires avec Arletty

 

Mademoiselle Josette, ma femme de André Berthomieu en 1933
Un fil à la patte de Karl Anton en 1933.

 

 

Top Movies Arletty

FILMOGRAPHIE SELECTIVE

Mirages

 

Film Français réalisé par Alexandre Ryder en 1938
Avec Arletty Jeanne Aubert Michel Simon Jean-Louis Barrault Pierre Nay et Nicole Vattier

 

Jeanne et Pierre sont un jeune couple d'amoureux désargentés. Elle donne des leçons de piano et lui est un jeune ingénieur au chômage. Ils sont liés d'amitié avec un autre couple : Arlette et Michel, qui travaillent aux Folies Bergère. Sur leur insistance, et malgré les réticences de Pierre, Jeanne se présente à un casting du music-hall et est recrutée comme danseuse. Dans le même temps, Pierre accepte un emploi en Algérie et part seul.

 

 

*Adaptation de la pièce de théâtre éponyme de Léopold Marchand

 

 


Circonstances Atténuantes

 

Film Français de Jean Boyer en 1939
Avec Arletty Michel Simon-Suzanne Dantès et Andrex

 

Procureur à la retraite depuis deux mois, Gaëtan Le Sentencier ne parvient pas à oublier ses anciennes fonctions. Il part pour une cure à Plombières-les-Bains avec sa femme, mais une panne de voiture oblige le couple à s'arrêter dans un petit hôtel-restaurant de la banlieue parisienne pour y passer la nuit.

 

*Ce film comporte une chanson qui deviendra un succès musical : Comme de bien entendu.

 

 


Fric-Frac

 

Film Français de Maurice Lehmann et Claude Autant Lara en 1939
Avec Fernandel Michel Simon Arletty et Hélène Robert

 

À Paris, Marcel, un brave garçon, est l'un des employés de la bijouterie Mercandieu. Renée, la fille du patron, rêve d'en faire son fiancé sans que Marcel réponde à ses attentes, à la grande exaspération de la jeune femme. Un dimanche après-midi, lors d'une course cycliste au stade Buffalo de Montrouge.

 

*Fric-Frac fut la rencontre de ces trois grandes gueules du Cinéma , mais ça n'a pas gazé. Fernandel n'a plus jamais voulu tourner une seule fois avec Simon. Vous imaginez des acteurs comme ça qui ne se retrouvent pas, c'est grave malgré tout »

 

 


Hôtel du Nord

 

Film Français réalisé par Marcel Carné en 1938
Avec Arletty Louis Jouvet Annabella et Jean Pierre Aumont

 

À l'Hôtel du Nord, situé face à la passerelle de la Grange-aux-Belles, le long du canal Saint-Martin à Paris, patrons (le couple Lecouvreur) et clients, notamment l'éclusier Prosper Trimaux et sa femme, sont réunis autour de la table pour fêter joyeusement une communion.

 

*Il est inspiré du roman L'Hôtel du Nord de l'écrivain prolétarien Eugène Dabit

 

 


Le Jour se Lève

 

Film Français réalisé par Marcel Carné en 1939
Avec Jean Gabin Arletty et Jacqueline Laurent

 

François vient d'assassiner Valentin. Au comble du désespoir, il s'est barricadé dans son appartement. Tandis que la police l'assiège, il se repasse en pensée (flash-back) les événements qui l'ont conduit au crime. 

 

*Ce film appartient au réalisme poétique. Une caractéristique originale du film est sa structure, un long retour en arrière (flash-back), procédé alors peu utilisé - et ceci deux ans avant la sortie de Citizen Kane.

 

 


Madame Sans-Gêne

 

Film Français réalisé par Roger Richebé en 1941
Avec Arletty Aimé Clariond et Maurice Escande

 

En 1792, alors que les révolutionnaires prennent d'assaut les Tuileries, Catherine Hubscher, qui tient une blanchisserie, vient en aide à un noble autrichien blessé, le comte Neipperg. Bien des années plus tard, vers 1810, après avoir épousé le sergent Lefebvre, un fidèle de Napoléon devenu..

 

*Adaptation de la pièce de théâtre éponyme, la divine Arletty crève tellement l’écran par son naturel qu'on a l'impression que ce rôle était fait pour elle

 


Les Visiteurs du Soir

 

Film Français réalisé par Marcel Carné en 1942
Avec Arletty Alain Cuny Marie Déa et Jules Berry

 

Nous sommes en mai 1485, en France, à la fin du Moyen Âge. Veuf depuis plusieurs années, le baron Hugues organise une fête à l'occasion des fiançailles de sa fille Anne avec le baron Renaud, lequel manifestement s’intéresse plus à la guerre et à la chasse qu’à sa future épouse. Pour divertir les invités, on a réuni un certain nombre d’artistes, parmi lesquels deux joueurs de luth appelés Gilles et Dominique. Personne ne se doute de ce que cache leur déguisement – en réalité il s’agit de deux envoyés du diable qui les a chargés de désespérer le monde. À peine entrés au château, ils utilisent leur pouvoir de séduction pour introduire la discorde entre les futurs époux. Grâce aux mélodies qu’il chante, il ne faut pas longtemps à Gilles pour captiver la mariée : elle écoute sa voix, complètement ensorcelée.

 

*Quand Prévert a écrit Les Visiteurs ou Les Enfants, il a pensé à tous les interprètes. Il savait que Gilles serait Alain Cuny et que Jules Berry ferait le Diable. On ne pouvait pas rêver meilleur diable. J'ai adoré la partie d'échecs et cette scène où il passe ses mains devant le feu. Berry était extraordinaire.

 

 


Les Enfants du Paradis

 

Film Français réalisé par Marcel Carné d'après un scénario de Jacques Prévert en 1945
Avec Arletty Jean-Louis Barrault Maria Casarès et Pierre Brasseur

 

Paris, 1828. Dans la foule présente sur le boulevard du Crime, le mime Baptiste Deburau, par son témoignage muet, sauve Garance d'une injuste accusation de vol. Celle-ci, femme libre et audacieuse, intimide Baptiste qui n'ose pas lui déclarer son amour. Baptiste est lui-même aimé discrètement de Nathalie, la fille du directeur du Théâtre des Funambules, où il joue la pantomime

 

*Chef-d'œuvre du réalisme poétique, c'est une des rares superproductions françaises entreprises sous l'Occupation et le film bénéficie notamment de la présence d'Arletty et de Jean-Louis Barrault

 

 


Portrait d'un Assassin

 

Film Français réalisé par Bernard Roland en 1949
Avec Maria Montez Erich Von Stroheim Arletty et Pierre Brasseur

 

La belle Lucienne est un imprésario redoutable, sorte de mante religieuse. L'acrobate Fabius, qui délaisse sa femme Martha, est poussé par elle à exécuter le looping de la mort. Eric, un ancien amant de Lucienne, le met en garde contre cette femme maléfique, lui-même est au bout de la déchéance, lourdement estropié. Mais Fabius n'écoute pas ses mises en garde. Cependant, apprenant la mort de Martha, il fait justice en tuant Lucienne un peu avant d'accomplir avec succès l'effrayant looping.

 

 

*Cette sombre histoire bourrée d'acteurs de talents nous fait suivre le destin tragique d'un cascadeur perdu

 

 


Maxime

 

Film Français réalisé par Henri Verneuil en 1958
Avec Michèle Morgan Charles Boyer Arletty Félix Marten Jane Marken André Brunot et Micheline Luccioni

 

Le film s’ouvre sur un triple prégénérique : les visites à Paris d’Elisabeth d’Angleterre en 1957, puis de son père Georges VI en 1938, puis de son grand-père Georges V en avril 1914, cela ne faisant qu’introduire l’époque et le contexte du film. Les nominations et les chutes des ministères à la veille de la Grande Guerre ponctueront d’ailleurs le récit, dont un des ports d’attache sera Maxim’s, rendez-vous nocturne des grands seigneurs, des aventuriers et des demi-mondaines de la Belle époque.

 

 

*Adaptation du roman éponyme d'Henri Duvernois.